Cratère Gale Méthane 1 La Poussière AtmosphèreL'Océan Boréal (Page 1)
Page 2 Page 2Si l’on regarde la carte topographique MOLA de Mars (le « Mars Orbiter Laser Altimeter » de « Mars Global Surveyor »), l’hétérogénéité de la surface de la planète saute aux yeux : son hémisphère Nord est très différent de son hémisphère Sud. C’est ce qu’on appelle la « dichotomie crustale » de Mars. La plus grande partie de l’hémisphère Nord (environ 40% de la surface de la planète) constitue en effet une vaste dépression (5.000 ou 6.000 mètres en dessous du datum) centrée sur le Pôle Nord, à la surface plate et lisse, l’hémisphère sud étant beaucoup plus accidenté (cratérisé). Puisque cette région (Vastitas Borealis) est plus basse que l’autre et complètement plate et que l’on sait qu’il y a eu de l’eau sur Mars, la réaction naturelle est de penser qu’elle a dû être le réceptacle d’un océan que l’on a pu nommer « Oceanus Borealis » et dont l’on voit aujourd’hui le fond asséché.
Les apparences peuvent cependant être trompeuses et il faut ne pas se laisser entraîner à accepter cette conclusion d’apparence logique sans examiner avec attention ce que nous dit la géologie : Les spectromètres embarqués sur différents orbiteurs (notamment CRISM et OMEGA) ont trouvé des roches hydratées (dont la nature chimique a été transformée par l’eau) un peu partout à la surface de Mars dans les hautes terres du Sud (argiles de type phyllosilicates, sulfates et quelques carbonates) mais ils n’ont rien trouvé de tel à la surface des Basses terres du Nord. Or la surface des Hautes terres est la plus ancienne puisque beaucoup plus cratérisée. Il faut donc se rendre à l’évidence que l’eau a dû être durablement stable en surface de Mars à la période la plus ancienne de son histoire mais que les roches que l’on voit aujourd’hui en surface des plaines du Nord ne sont pas celles du fond d’un océan.
Crédit Image: NASA MOLA Science Team
In Jérémy Mouginot et al. "Dielectric map of the Martian Northern Hemisphere and the nature of plain filling material", Geophysical Research Letters, Doi:10.1029/2011GLO50286,2012
Géologie & Atmosphère
Mars Society Switzerland
Deux études du sous-sol de l’hémisphère Nord étayent ce raisonnement. Celle de Mouginot et al. (1), publiée en janvier 2012, réalisée d’après les données recueillies par MARSIS constate sur une centaine de mètres d’épaisseur, une diélectricité basse des roches qui indique que des sédiments épais ont été déposés dans une eau abondante. Comme cela n’a pas produit d’altération chimique des roches, on peut en déduire que les conditions de pression, de température et de durée qui auraient existé dans le fond d’un océan pérenne, n’étaient pas réunies. Celle de John Carter et al. publiée en juin 2010 (2) identifie dans plusieurs cratères profonds de l’hémisphère Nord, dont le Cratère Lyot (décrit en particulier par ce document), des roches hydratées identiques à celles de l’hémisphère Sud, preuve qu’il y a eu altération chimique des roches sous-jacentes des sédiments, donc antérieurement aux dépôts de ceux-ci.
Voir suite page suivante. Références : (1)-Jérémie Mouginot (1) et al. :Dielectric map of the Martian northern hemisphere and the nature of plain filling materials ; Geophysical Research Letter, Vol. 39, published 19th January 2012. (1) Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble. (2)-John Carter et al. Detection of hydrated silicates in crustal outcrops in the Northern plains of Mars; Science Magazine; Science 25 June 2010:Vol. 328 no. 5986 pp. 1682-1686DOI:10.1126/science.1189013. (3)-Cédric Gillmann (1) et al. : The Long Term effects of volcanism and atmospheric escape on the evolution of Mars surface conditions . Earth and Planetary Science Letters, 5 Feb 2011. (1) Institute für Geophysik, Dept of Earth Sciences; ETH Zürich, Switzerland. -Jean-Pierre Bibring; Institut d’Astrophysique Spatiale d’Orsay, L’exploration spatiale de Mars : tout commence; conférence du 24 janvier 2012 ; Les Mardi de l’espace des sciences, au Champs Libres à Rennes, Partenariat Université de Rennes 2 / CREA -Grégor Golabek (1) / Tobias Keller (1) et al. Modeling of Core formation, onset of Mantle convection and Crust formation on Mars, 6 March 2009. (1) Institute für Geophysik, Basel, Switzerland. -Bethany Ehlmann et al.: Subsurface water and clay mineral formation during the early history of Mars. Nature 479, 53-60 (3 nov. 2011) doi:10.1038/nature10582; published online 2 Nov 2011.
Hydrated Minerals Exposed at Lyot, Northern Mars (June 25, 2010) Lyot spans 236 kilometers in diameter, centered at 50.5 degrees north latitude, 29.3 degrees east longitude. Image Credit: NASA/ESA/JPL-Caltech/JHU-APL/IAS
CO2 Gelé Curiosity 6 ms Pression Atm 8SGM