Océan Boréal La Poussière Méthane 1 CO2 GeléImage Credit: NASA/JPL-Caltech/ASU
1. L'environnement
Premièrement nous avons constaté que de l'eau avait coulé dans ce paysage: Elle venait des bords du cratère et l'écoulement a duré suffisamment longtemps pour émousser les cailloux et les graviers.
Delta alluvial de la Peace River qui coulait à partir du bord du cratère. La couleur rouge est celle d'une roche de surface qui retient la chaleur davantage. Elle a pu être durcie par l'eau.
Crédit Image: NASA/JPL-Caltech/MSSS and PSI
Crédit Image: NASA/JPL-Caltech/MSSS Ces couches de terrains inclinés sont du "cross-bedding". Elles montrent que des sédiments ont été transportés dans un cours d'eau. Le courrant forme, au fond du lit, avec les sédiments, de petites ondulations qui migrent vers l'aval. Quand elles sont exposées en coupe, les traces de ces migrations sont préservées en strates inclinées par rapport à l'horizontale.
La température n'est pas si froide.
La densité de l'atmosphère est basse (comme prévu) et elle est variable.
Les radiations sont plus fortes qu'attendu mais il y a un effet bouclier de l'atmosphère.
Outre qu'elles indiquent les différences de températures du sol (basse inertie thermique versus haute inertie thermique résultant de l'action passée de l'eau), ces mesures (effectuées par l'instrument REMS à bord de Curiosity) présentent l'avantage de montrer que l'environnement martien au milieu du Printemps, n'est pas si froid (températures positive pendant la journée). Crédit image: NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona/CAB(CSIC-INTA)/FMI
Crédit image: NASA/JPL-Caltech/CAB(CSIC-INTA)/FMI/Ashima Research. Crédit image: NASA/JPL-Caltech/Ashima Research/SWRI La densité de l'atmosphère augmente au fur et à mesure que nous nous rapprochons de l'Eté Austral (comme le dioxyde de carbone de la calotte polaire Sud se vaporise). Elle varie aussi beaucoup pendant la journée à cause de la marée thermique causée par la variation de chaleur reçue du Soleil (pression plus forte la nuit).
Crédit image: NASA/JPL-Caltech/SWRI Les premières mesures de radiations dans le Cratère Gale ont été décevantes puisque nous avons dû admettre qu'elles sont plus fortes qu'attendu. Cependant les doses sont "seulement" de 50% des doses moyennes dans l'Espace interplanètaire. Notez que les radiations galactiques ("Heavy ion events") sont toujours très puissantes. Les astronautes des futures missions habitées devront se protégés en vivant dans des habitats sous abri.
Crédit image: NASA/JPL-Caltech/SwRI Le niveau des radiations varie clairement inversement de celui de la pression atmosphèrique. Il varie aussi avec l'intensité de l'activité solaire (cycles de 27 jours). Plus l'activité solaire est forte (et les radiations solaires sont fortes), plus basses sont les radiations galactiques.
Mars Society Switzerland
Cratère Gale Page 3 Page 2Six mois après l'atterrissage de Curiosity, qu'avons nous appris? (page 1)
Atmosphère Pression Atm 8SGMGéologie & Atmosphère