2 3 EMC11 4 EMC12 5 6 7 8 9 10 11 12 13Mars Society Switzerland
Actions / Evénements
Mars est devenue le but de nombreuses missions robotiques et il faut espérer qu’elle devienne demain celui de missions habitées. C’est en effet la planète accessible aujourd’hui où nous avons le plus à apprendre sur nous-mêmes, car son histoire géologique a été très proche de celle de la Terre pendant quelques centaines de millions d’années, période pendant laquelle, chez nous, le processus de vie a commencé. Par ailleurs c’est l’astre sur lequel il serait le moins difficile à l’homme de s’établir, ouvrant ainsi un nouveau chapitre de l’aventure qui a débuté quelque part au Kenya il y a quelques millions d’années. Nous avons pour cela des lanceurs et une capacité suffisante pour maîtriser un environnement hostile mais adaptable. Le coût serait acceptable mais la volonté politique reste un problème. Cette conférence était la seconde sur ce thème donnée dans le cadre de l'U3A, la première ayant été donnée à Neuchâtel le 18 octobre 2016, dans le cadre de l'Aula des Jeunes Rives.
Dans le cadre des TecDays, organisés par la SATW (Académie Suisse des Sciences Techniques le Dr Pierre-André Haldi (EPFL), vice président de la MSS, a présenté le 7 avril 2017 au Collège Beaulieu à Lausanne:
Dans le cadre de l'Université du 3ème âge de Neuchâtel, à Fleurier (Collège du Val-de-Travers, Place Longereuse), le 29 Mars de 14h15 à 16h15 présentation par Pierre Brisson
Le Dr. Haldi a abordé le sujet sous la forme de réponses aux quatre grandes questions qui se pose concernant les missions habitées sur Mars: ● Pourquoi aller ? ● Comment y aller ? ● Comment y vivre ? ● Quels sont les défis à relever ? Nous avons eu le plaisir d'avoir la présence de Claude Nicollier.
1Dans le cadre de l'émission "Versus / Penser" de la RTS "Espace 2" (6 mars 2017), interview de Pierre Brisson sur le thème de la colonisation de Mars. Au cours de l'émission, les journalistes Sarah Dirren et Francesco Biamonte m'ont invité à discuter des grands principes de la "colonisation", de ses motivations et de ses difficultés. Il y a été question de Mars One (brièvement) et des perspectives actuelles de cette "sortie de l'homme de son berceau". Vous pouvez écouter l'émission en cliquant sur le lien ci-dessous. En la réécoutant moi-même j'ai eu deux regrets: (1) avoir fait la (grosse) erreur de présenter la mission TGO comme une mission NASA alors que c'est bien évidemment une mission ESA (plus précisément ESA/Roscosmos) mais le raisonnement qui a conduit à ce malheureux "exemple" reste bon: les missions d'explorations sont véritablement multinationales, même si elles sont décidées et organisées par un leader. D'ailleurs les Etats-Unis sont "pays participant" des suites d'instruments FREND et NOMAD (deux des quatre groupes d'instruments embarqués) de la mission européo-russe. On peut extrapoler que les missions habitées futures vers Mars seront construites sur les mêmes principes avec un leader (agence ou peut-être consortium privé) et les meilleurs compétences, où qu'elles soient dans le monde. (2) ne pas avoir mentionné le contrôle microbiologique de l'habitat, à côté de l'apesanteur et du risque radiatif, comme étant un des problèmes majeurs des missions spatiales habitées (j'aurais également dit que ce risque était quand même maîtrisable pour une mission de type martien). J'espère que les auditeurs voudront bien m'en excuser, d'autant que je pense que la discussion a mis en évidence des points de vue originaux et donc intéressants. Lien vers l'émission : https://www.rts.ch/play/radio/versus-penser/audio/versus-penser-objectif-mars?id=8401320