Une sonde de la NASA a vu au travers de la glace de la calotte polaire boréale
J.D. Harrington ; Headquarters, Washington; 202-358-5241; j.d.harrington@nasa.gov D.C. Agle/Jia-Rui Cook ; Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.; 818-393-9011/354-0850; agle@jpl.nasa.gov; Jia-rui.c.cook@jpl.nasa.gov; Marc Airhart ; Un. of Texas, Austin; 512-471-2241; mairhart@jsg.utexas.edu Traduction et commentaires de Pierre Brisson Des données du satellite Mars Reconnaissance Orbiter (« MRO ») de la NASA ont aidé les scientifiques à résoudre quelques uns des mystères qui se sont posés il y a quatre décennies et ont fourni de nouvelles informations sur le climat de la Planète Rouge. Le radar à faible pénétration, « SHARAD », embarqué à bord de MRO a révélé une géologie souterraine qui permet aux scientifiques de reconstruire la formation d’un large fossé d’effondrement et d‘une série de spirales de fosses dans la calotte polaire boréale de Mars. Les résultats de recherche font l’objet de deux publications dans le numéro du 27 mai du journal Nature. « SHARAD nous donne une vue magnifique et détaillée des dépôts de glace, aussi bien de ceux des pôles que de ceux qui sont enterrés aux latitudes moyennes, ainsi que de leur évolution au cours des derniers millions d’années » dit Rich Zurek, scientifique du projet MRO au Jet Propulsion Laboratory (« JPL », Pasadena) de la NASA. Sur Terre, les larges masses de glace sont principalement façonnées par leur flux. Selon cette dernière étude, d’autres forces ont influé et continuent à influer sur le relief des calottes glaciaires polaires de Mars. La calotte polaire boréale est un empilement de couches de glace et de poussières alternées sur environ trois km et elle couvre une surface légèrement plus grande que celle du Texas. En analysant par ordinateur les données transmises par le radar, les scientifiques peuvent peler les stratifications comme un ognon pour révéler comment la calotte de glace à évolué avec le temps. L’un des traits de relief les plus caractéristiques de la calotte polaire boréale est « Chasma Boreale », un canyon à peu près aussi long que le Grand Canyon terrestre mais plus profond et plus large. Certains scientifiques croient que Chasma Boreale a été créé quand la chaleur volcanique a fait fondre le fond du manteau glaciaire et a ainsi déclenché un flot cataclysmique. D’autres suggèrent que de forts vents polaires auraient creusé le canyon dans le dôme de glace. Une autre caractéristique énigmatique de la calotte polaire sont les fosses qui partent en spirales du centre vers l’extérieur comme les rayons d’une gigantesque roue en rotation. Depuis que ces fosses ont été découvertes en 1972, les scientifiques ont proposé plusieurs hypothèses pour expliquer leur formation. Peut-être, puisque Mars est en rotation, la glace la plus proche des pôles se déplace-t-elle plus lentement que la glace plus éloignée en provoquant des ruptures dans le matériau semi fluide. Peut-être, comme le suggère un modèle mathématique, un ensoleillement plus fort à certains endroits et des courants de conduction latéral chauds, pourraient faire en sorte que les fosses se rejoignent.
Mars Society Switzerland
Communiqué NASA 10-122 du 26 mai 2010
Cette image synthétise les données de deux instruments embarqués à bord du satellite Mars Global Surveyor de la NASA : un laser altimétrique et une caméra. Elle montre la région polaire boréale de Mars. La calotte polaire riche en glace a un diamètre d’environ 1000 km. Elle est marquée de spirales sombres. Ce sont des fosses profondes qui demeurent dans l’ombre. Elles ne reflètent pas la lumière aussi bien ou bien elles ont plus de couches intérieures de poussières exposées. A la droite du centre, un large canyon, Chasma Boreale, coupe presque la calotte polaire en deux. Chasma Boreale a, à peu près, la même longueur que le Grand Canyon et sa profondeur est d’environ 2 km. Mars Global Surveyor lancé en 1996, a fonctionné plus longtemps qu’aucun autre vaisseau spatial. Il s’est tu en novembre 2006, après avoir recueilli des données sur une période plus de quatre fois plus longue que prévue. Crédit image: NASA/JPL-Caltech/MSSS
Les données reçues maintenant, suggèrent que le canyon ainsi que les fosses en spirales ont été créés et façonnés principalement par les vents. Le relief s’est formé sur des millions d’années avec la croissance du manteau de glace, plutôt qu’il n’y a été découpé récemment. En influençant la carte de circulation des vents, la forme du relief des glaces anciennes sous-jacentes a contrôlé la localisation et la manière dont s’est développée la glaciation plus récente. « Personne n’avait soupçonné que la structure des strates serait si complexe.» dit Jack Holt, de l’Institut de Géophysique de l’Université du Texas(Austin). Holt est l’auteur principal de la publication sur Chasma Boreale. « Les couches témoignent d’une succession d’accumulation, d’érosion et de transport par le vent. A partir de là, on peut reconstituer une histoire du climat qui est beaucoup plus détaillée que ce que l’on pouvait espérer. »
Le MRO a été lancé le 12 août 2005. SHARAD et les cinq autres instruments du satellite ont commencé leurs opérations en Novembre 2006. « Ces traits de relief anormaux étaient sans explication depuis 40 ans car nous n’avions pas pu voir ce qui était sous la surface ,» dit Roberto Seu, chef d’équipe de SHARAD à l’Université de Rome. « Il est gratifiant qu’on puisse les expliquer avec ce nouvel instrument». La mission MRO est dirigée par le JPL pour le compte du Programme d’exploration de Mars du siège de la NASA, à Washington. SHARAD a été réalisé et mis à disposition par l’Agence Spatiale Italienne. Son utilisation est sous la responsabilité du département InfoCom de l’Université de Rome. Pour voir des images et en apprendre plus au sujet de MRO, rendez vous sur le site : http://www.nasa.gov/mro
Commentaire : Nous voici avec une autre source d’informations sur l’histoire de Mars. Décidément avec ses fontes de glace saisonnières et cette stratification, les calottes polaires seront des endroits qu’il faudra étudier avec beaucoup d’attention, en s’équipant de manière adéquate ou en évitant les établissements fixes car les hivers y sont particulièrement rudes comme nous l’ont montré les dommages subis par Phoenix. Ceci dit, même si les couches glaciaires sous-jacentes expliquent les reliefs en spirales en surface, il reste à dire pourquoi, nous observons cette harmonie et ce dessin de mouvement dans le motif en spirale. La géographie des dépôts glaciaires sous-jacents devrait logiquement avoir une relation avec la rotation de la planète. Pierre Brisson
L’image montre une section d’une partie de la calotte polaire boréale de Mars, imagé établie à partir de données recueillies par le radar à faible pénétration « SHARAD » (pour SHallow RADar) , l’un des 6 instruments embarqués par le satellite Mars Reconnaissance Orbiter (lancé en 2005). Les données décrivent la structure interne de la glace de cette région avec mentions des différentes couches. La glace a une épaisseur d’environ 2 kms et la section considérée fait 250 km de large. Les lignes blanches sont des lignes de réflexion vers le radar indiquant une rupture de nature de stratification. Crédit image : NASA/JPL-Caltech/ASI / U T
Hémisphère Nord Nili Fossae Volcanisme de BoueL'eau
Carbonates Cycle eau arctique LCROSS Latitudes Moyennes